Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

16 août 2009 – Arête NE des Trois Dents du Pelvoux

 

Celle-là, on s’en souviendra !!!

Départ à 5h15 du bivouac, retour à 22h30… Nous n'avions ni l'un ni l'autre fait de course aussi longue !

Raisons ou excuses… : manque d’aisance dans le rocher plus que péteux, erreur d’itinéraire dans le premier ressaut, fin du couloir Chaud en glace, descente du Glacier des Violettes en mauvaise conditions, rappel coincé, tout s’enchaîne et on finit comme on a commencé : à la frontale !

La journée s’annonce belle… nous partons (presque) sereins ! Ca ne durera pas longtemps. Les premières longueurs, celles de l'approche, mettent dans l'ambiance, à froid et à la lueur de nos p'tites lampes!

Variante du premier ressaut : l'itinéraire n'est pas simple à lire. Les indications sont un peu vagues dans cette première partie et les marques de passages quasi inexistantes : un ficelou, un relais et 6 pitons pour 600 mètres de voie. On ne peut pas se tromper : c'est bien du terrain d'av' !      

Entre le 1er et 2ème ressaut....

Il faut avancer dans du caillou malsain, en prenant garde de ne pas arroser son second (merci Nico : t'as jamais assez bien visé !). Nous marchons sur des oeufs jusqu'à retrouver la rive droite du couloir Chaud, mais pas de neige : de la bonne glace, à protéger en plaçant des points entre des blocs instables... Pas serein, pas serein (et le piolet light, c'est pas bien dans la glace !!!). Nous retrouvons le fil de l'arête, deux trois longueurs et nous prenons pied à 17h sur le Glacier des Violettes  après un rappel (ça fera une ficelle de plus dans la voie...).

La descente se passe bien, il est tard mais le temps tient. Petite séance dans les entrailles de la montagne : pour éviter le rappel sur corps mort, nous passons entre les séracs.
Restent un bon morceau de chemin, quelques rappels et on remet les frontales pour terminer...        

Le retour au bivouac, avec le sourire silvouplé ! Ce n'était pas prévu, mais il reste du pain et de la soupe : ouf !
La descente le lendemain, se fait au pas de sénateur, myrtilles le long du sentier (bien raide) et bain dans le torrent en arrivant au pont du Ban. L'eau est un peu froide, les touristes rigolent, mais ça décrasse après 3 jours...

 

  

10 août 2009 – Bleau


 Petit tour par Bleau en revenant du mariage de J-F et Caroline à Cholet. Tous nos vœux, les cousins… 

Les Gorges d’Apremont avec notre guide local : le fréro (y en a qui veulent pas mettre de T à frérot) ! Entraînement type P.A. Il paraît qu’il faut se méfier des bleausards…

Premier bivouac de la puce : presque 4 ans ! Même pas peur et même pas voulu se coucher ! Elle a continué à grimper avec nous jusqu'à pas d'heure... Et le lendemain, elle remet ça aussi ! Joli réta !

                    

 Un site encore inconnu en cours d'ouverture par le frangin...

 

 














13 août 2009 – Arête sud intégrale de l’Aiguille du Moine

 

Nous voilà au Couvercle ! Comme d’habitude on préfère le bivouac au refuge, cela alourdit les sacs mais on s’imprègne plus de l’environnement que l’on vient découvrir. Les marmottes bronzent au soleil et elles commencent à devenir bien grasses, été oblige… 

 

Au matin, beaucoup de cordées s’oriente vers la voie normale, seul un couple de suisses allemands nous suivra à distance.

  

Les passages techniques typique Mont-Blanc s’enchaînent sur un superbe caillou. L’arête est gazeuse à souhait et offre un belvédère magnifique sur la Mer de Glace et le bassin de Talèfre.

On rejoint l’arête sud classique, les cordées nous précédant sont malheureusement un peu bruyantes. Le pas final de V n’est vraiment pas donné, surtout en grosses…

 

Bravo encore à l’asiatique de 65 ans que nous avons croisée dans les derniers mètres.

 




Le sommet offre enfin la vue sur la Verte et les Drus. La récompense en quelque sorte : pas commun comme panorama.

 

La descente sera rondement menée, une courte pause au bivouac et on file vite vite vite pour avoir le dernier train du Montenvers !

 

 

 

 

 

19 juillet 2009 – Petite Séolane / L’Or du Rein

 

Un petit tour par l’Ubaye après avoir rendu visite aux sigoyens et à la somptueuse falaise de Ceüse.

Ils ont de la chance le beau-frère et la soeur, d'habiter au pied de ce temple de la grimpe... 

On s’oriente vers une voie en TA, pour varier les plaisirs. La première longueur, c'est le ticket d’entrée : 6a fissure, heureusement bien protégeable. Ca réchauffe... Le rocher est très joli et l’équipement logique. Une partie dans les cannelures, ça nous rappelle le Sapey, vers chez nous... And summum for the summit : la voie finit par du grès !

 


                       

05 juillet 2009 – Triangle du Tacul / Contamine – Mazeaud

 

C’est quand même pratique le Massif du Mont-Blanc pour faire de belles de course à la journée. Mais les inconvénients sont à la hauteur de ces soit-disant avantages (ouf, moins d'approche), la montagne n’est plus à l’état sauvage.

 

La voie débute par une belle longueur en glace qui nous refroidit un peu avec sa face qui commence à dégeler et les glaçons nous parpinent…

 

                     

 

 

Trente centimètres de poudreuse sur de la glace rendent délicate la remontée du névé médian que l’on quittera au plus vite pour récupérer l’arête bien plus esthétique.

 

                            

 

 

 Et un nouveau 4000 pour Pauline !!!! En attendant les 6000 des Andes…

 








 

02 juillet 2009 – Traversée des Aiguilles Dorées

 

On part du Refuge du Trient pour limiter l’accès (et l'orage menace), le Bivouac des Plines aurait été préféré, ça sera pour une autre fois ! En plus, on a faillit faire la vaisselle, parce qu'on n'avait pas pris assez de monnaie et qu'il a fallu négocier pour que les suisses du refuge veuillent bien prendre un chèque en euros !

 

Le lever de soleil est superbe, le temps par contre incertain, on continue en espérant qu’il tienne. Un jeune guide, Odilon, avec ses trois clients joue au chassé-croisé avec nous.

 







Les difficultés sont modérées, hormis la longueur de rocher du Rognon pour passer le Col Copt (en glace),  qu'une autre cordée remonte , et résident dans la recherche d’itinéraire.
                           
     

 

La descente se fait rapidement par des rappels débutant non loin de l’Aiguille de la Varappe, puis au pas de course pour ne pas rater les derniers sièges des remontées.

 

Très belle traversée d’arête qui donne envie de revenir pour tâter du rocher dans les voies de l’envers.










21 juin 2009 - Arête Sud du Mont Pourri

 

Départ du refuge de Turia, confortable avec son poële, auquel on accède à partir du  village de la Gurraz. Surprise au réveil : il a neigé… Le sol est blanc autour du refuge encore enfoui dans le brouillard. Heureusement que la météo annonce grand beau !

 

Les Glaciers de la Gurraz sont encore en bonnes conditions, on rejoint assez facilement la Brèche Puiseux.

 

Nos compagnons du jour sont Séverin et son client, rencontrés la veille au refuge. On fera une grande partie de la course en leur sympathique compagnie.

                                 

Les 10 à 20 cm de neige sur le rocher rendent la course bien plus intéressante que prévue, l’arête est superbement effilée et les conditions sont automnales.   


Quel bonheur de fouler cette cime du Mont Pourri ! 

 

On effectuera la descente par la voie normale puis le Col des Roches et le Grand Col, descente pendant laquelle nous croiserons deux skieurs qui n'ont pas envie de voir la saison se finir...

 

La saison d’alpi commence par cette magnifique course longtemps rêvée.

Petite anecdote : en repassant prendre nos affaires au refuge, nous trouverons un p'tit mot du gardien, nous stipulant que nous aurions dû plier nos couvertures (soit...) et surtout régler le refuge avant de partir pour la course. Il a dû pensé que si nous ne revenions pas vivants, il y perdrait deux nuitées.... 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by