Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 19:44

IMGP2886 bloc HuanchacIMGP2843 bloc HunchacQuelques jours après notre dernière aventure andine, nous partons grimper aux blocs de Huanchac, histoire de se défouler avant les heures de bus qui nous attendent. Nous ne trouvons pas de combi pour nous emmener avant d'arriver sur le site, assez agréable malgré les mouches piquantes. Le coin est vraiment truffé de cailloux, certains sont bien peuffés. Nous grimpons notre saoûl, seulement surpris de trouver de nouveau un scorpion sous un caillou à cette altitude et nous rentrons tranquillement terminer notre sac, pour rejoindre les parents de Nico à Arequipa. Nous croisons les Pissaros, comme dans Tintin : masques et costumes pour les danseurs qui sont suivis par des percussionnistes.

 

 

IMGP2913 Casa de Margott ArequipaPeru sur ArequipaEmbarquement à 22h pour arriver à Lima vers 5h30 le lendemain. Nous avons somnolé, mais nous ne sommes pas bien frais. Pas le temps de rien, nous réembarquons à peine 1/2h après pour une longue longue séance ciné ! Eh oui, toute la journée nous serons abreuvés de films, pas toujours très intéressants d'ailleurs, mais à part regarder le paysage désertique tout le long du trajet, notre activité est limitée. En plus, nous avons faim, car les repas ne sont pas très copieux à bord du bus et notre voisine, montée à une escale, nous allèche avec son demi-poulet IMGP2918 Santa Cathalina et volcans Arequipaaux frites ! Dans l'après-midi, nous sommes conviés à un bingo dont le lot est le billet retour à l'identique (même punition). Devinez qui gagne ? C'est Nico !

 

 

Nous arrivons avec quelques heures de retard de retard à Arequipa où les parents nous attendent, confortablement installés à l'hôtel Casa de Margott, calle Jerusalen, la IMGP2979 Cloître de la Compañia Arequipabien nommée. C'est grande classe, construit dans une pierre volcanique typique, très blanche, appelée "Sillar". Tous les monuments sont de cette même matière : cathédrale, églises (nombreuses), monastères..., sur fond de volcans, puisque le Chachanc, le Pichu Pichu et surtout le Misti, entourent la ville coloniale. Les places sont envahies par les pigeons... Nous visitons notamment une église et son cloître, la Compañia, non loin de la place d'armes. La deuxième mission du jour, c'est de trouver un véhicule pour notre excursion du lendemain, dans le Cañon de Colca, solution choisie pour éviter de passer de 2350m à 4800m sans autre sommation.

 

 

IMGP3011 Pampa seca ArequipaC'est donc à bord d'un 4x4 Toyota Hilux pick-up que nous partons pour une des plus profondes vallées du monde (3200 m, juste après celui de Catahuasi, voisin de quelques km, profond lui de 3535 m). Après moins de 100km, le sélecteur est branché sur les 4 roues motrices pour presque 150km de piste. Cela réveille les sciatiques ! Nico est au volant tandis que nous profitons des paysages désertiques, qui verdissent au fur et à mesure que nous nous enfonçons vers les montagnes. D'abord des cailloux puis quelques cactus et des buissons secs et après une grande zone de pampa, égaillée au loin par quelques sommets enneigés. Nous passons un col à 4200m pour nous retrouver peu après à Cabanaconde (3200m), où nous resterons pour la nuit.

 

IMGP3064 Terrasses CabanacondeIMGP3054 Femme de CabanacondeCe village aux habitants en tenue traditionnelle en particulier les femmes qui arborent des tissus aux motifs compliqués, fait face à d'autres plus éloignés, accessible seulement par sentier. Déjà nous avons un bel aperçu des cultures en terrasse, datant des Colluhuas, peuple de 1000 ans plus vieux que celui de l'Inca : blé, quinoa jaune, maïs, amarante rouge vif... y sont cultivés selon des plans d'irrigations, autrefois taillés dans des rochers pour modéliser l'écoulement des eaux.

 

IMGP3133 Condor Tapay Colca PérouIMGP3186 Condor royal Tapay Colca PérouPetit-déjeuner englouti, nous nous dépêchons pour le mirador de Tapay où il serait possible de voir des condors. Sur place, nous sommes seuls quand nous voyons monter les oiseaux, profitant des courants ascendants. Un puis deux, puis trois... au total ils seront plus d'une dizaine à déployer leurs ailes au soleil matinal, de deux types au moins. Un plutôt marron et l'autre noir avec des dessins blancs sur les ailes et une collerette blanche elle aussi, le condor royal. Franchement plus sympa que le mirador de Cruz del Condor, 1km plus à l'est, où les gens payent pour s'agglutiner.

 

IMGP3243 Cañon de ColcaIMGP3239 Forteresse de Chimpa ColcaNous poursuivons notre exploration en 4x4, nous repassant le volant pour essayer le monstre, sauf Mireille, que cela n'intéresse pas trop... Nous remontons jusqu'à Chivay pour passer sur l'autre rive et nous repartons en sens inverse, pour nous apercevoir qu'il y avait des ponts qui nous l'auraient permis bien plus à l'ouest ! Tant pis... Nous avons sillonné le coin et nous sommes quand même contents des paysages traversés. Nous pique-niquons au pied du sentier qui mène à la forteresse de Chimpa. Les parents sont un peu fatigués et ne monteront pas au sommet, alors que Nico y va pour quelques photos. D'autres, enfin une, en profitent pour visiter un cimetière pré-colombien, où gisent des ossements, fémurs, crânes, bassins... et IMGP3234 Terrasses Colcades pans de tissu. Nous repartons, par la route la plus courte, pour passer le col de Patapampa avant la nuit, dans l'espoir de voir des vigognes. il fait un peu sombre et bien frais (il a même neigé dans la montée !), les animaux sont déjà rentrés au bercail. Pauline soit un viscacha grignotant un brin d'herbe de la pampa et c'est tout. 

 

Au col, il y a des tas de petits cailloux, offrandes, aux divinités de la montagne.Nous sommes à 4800m selon l'alti et le Routard, 4910m selon les péruviens, mais en tout cas les parents ont battu leur record d'altitude. Nous ne nous attardons pas trop, le soleil a disparu. Au bord de la route, un peu plus bas, nous prenons 2 gars dans la benne dont le combi est en rade sur le bord de la route. Et peu après, nous nous faisons arrêter par un contrôle de papiers... Pas de chance, Nico, de IMGP3081 Hulca Hulca Cabanacondenouveau au volant, a oublié son permis à Huaraz. Nous menons les flics en bateau, sauvés par le permis d'Alain, en expliquant qu'il a eu le soroche et ne se sentait pas la force de conduire... Ouf ! cela fonctionne. Par contre, les flics ne feront aucune allusion au non-respect des règles de sécurité quant aux deux gars qui gèlent à l'arrière. Faut pas chercher à comprendre. La fin de l'excursion se fait sans encombre, au milieu d'un ballet de camions qui alimentent une énorme cimenterie, éclairée comme en plein jour.

 

IMGP3265 Bateau requin ParacasLa journée suivante commence par le paiement du pare-brise à l'agence de location à cause d'un petit impact (avant ou après ?...) : 100 euros... Ensuite nous bullons dans Arequipa, pour patienter jusqu'à l'heure du bus pour Paracas. Nous embarquons à 19h30 pour encore 13h de trajet, les parents en "cama", siège allongé quasi allongé, les jeunes en semi-cama, siège en tissu demi-assis ! Merci Nico d'avoir gagné au bingo !!! Surtout qu'il y a une énorme vieille qui ronfle comme un sonneur deux sièges derrière nous et que Nico part lâchement dormir sur les sièges à l'arrière.

 

 

IMGP3256 Pélican Paracas PérouNous arrivons vers 8h30 à Paracas, petit port de pêche aux bateaux pitoresques (Popeye) , et dont le nom signifie "pluie de sable" en quechua. Nous sommes très vite agressés par les vendeurs ambulants et les rabatteurs qui opèrent pour les hôtels. Il fait beau, mais une brume s'étend vers la presqu'île, réserve naturelle. Nous nous reposons le matin et l'après-midi, nous prenons le taxi pour visiter le parc. Malheureusement, tout est baigné dans le brouillard et un vent violent balaye les plages. Nous voyons beaucoup d'oiseaux et notamment de grands pélicans. Nous changeons de plage pour en trouver une à l'abri du zéph', à côté de Lagunillas, avec en prime un rayon de soleil qui nous pousse à nous jeter à l'eau, pas trop froide d'ailleurs. A quelques brasses de la crique, des îlots qui servent de perchoir aux oiseaux, mais le fond, vite rocheux, est habité par les oursins dont nous faisons les frais. Le soir, nous profitons des fruits de mer et autres poissons selon les goûts de chacun sur le front de mer.

 

IMGP3290 Pingouins Paracas PérouPas de répit pour les braves, le réveil sonne pour que nous fassions notre tour, probablement un des plus "touristiques" de notre voyage : bob et gilet de sauvetage IMGP3275 Candélabre Paracas"Pinguin IV", entassés dans un hors-bord 200 chevaux x 2 ! Mais vraiment, les animaux valent le coup. Nous entamons notre excursion par le passage devant le Candelabre, gigantesque gravure (ou géoglyphe) de 200m sur 60. Son origine est inconnue, mais il ne ressemble en rien aux motifs locaux, comme à Nazca. Certains pensent qu'ils dateraient plutôt du XIXesiècle et qu'il aurait été tracé par les navigateurs, comme symbole de la croix du sud ou symbole franc maçon.

 

IMGP3311 Lions de mer Ballestas PérouIMGP3329 Arches BallestasDes dizaines d'oiseaux nichent dans les falaises des îles Ballestas, dont nous longeons les côtes ensuite, un peu à la queue-leu-leu avec les autres embarcations. Nous repérons les premiers pingouins de Humbolt, et une otarie ou lion de mer, puis 3 autres se prélassent sur un rocher. Des milliers d'oiseaux transforment les îles en dômes mouvants : cormorans noirs, fous blancs, petites sternes incas, noires et blanches aux extrémités rouges vives. Depuis très longtemps, déjà au temps de l'Inca, les hommes exploitent les fientes de ces volatiles comme engrais, en espagnol le guano.

 

 

 

IMGP3338 Otarie et sternes Ballestas PérouSur l'île suivante, apparaissent, au gré des vagues, des soleils de mer, genre de crustacés, des crabes et des étoiles de mer, puis nous nous arrêtons un moment devant un groupe de pingouins et nous terminons la balade au son d'un énorme lion de mer, un mâle, barrissant pour attirer les femelles alentour. De retour sur la terre ferme, frigorifiés mais heureux, nous prenons une douche bien chaude. Dans l'après-midi, nous prenons un bus couleur locale, plus que branlant, pour aller visiter Pisco, mais cette ville peu jolie a perdu ses rares monuments lors d'un tremblement de terre en 2007, notamment l'église qui s'est effondrée sur 150 fidèles ! Les parents découvrent le Pisco Sour, cocktail national : Pisco (vin IMGP3341 Arche et ponton Ballesatasdistillé), sirop de sucre, jus de citron vert, blanc d'oeuf et cannelle. Nous prenons notre repas ici, avant d'héler un taxi "chartérisé". Les jeunes se retrouvent dans le coffre, assis à côté de la bonbonne GPL, ce qui n'a absolument rien de rassurant quand on voit l'état de la voiture ! Heureusement, c'est sans encombre que nous ferons les 15km de retour. Dernière journée à la mer, nous flemmardons sauf que nous avons été obligés de nous extirper des draps pour prendre le petit-déjeuner, servi jusqu'à 8h seulement ! Nico court jusqu'à l'hôtel Hilton où il fait 1/2 tour à cause su vent de sable, ce même vent lui donnera des ailes pour le retour !

 

IMGP3354 Lion de mer mâle Ballestas PérouL'après-midi, nous nous baladons de nouveau le long de la rive mais aucun d'entre nous n'osera la baignade tant le vent nous glace. Petit resto, de nouveau au Pisco Sour, auquel IMGP3305 Nids de fous blancs Paracas Péroules parents ont très vite pris goût (ils ont ramené la recette en France !).

 

Le matin avant le bus, nous tentons la plage mais seuls Nico et Mireille ont le courage de braver l'eau douteuse. Lorsqu'ils reviennent, ils s'empressent de se rincer sous la douche, car ils sont recouverts d'une matière brune-verte à la forte odeur d'´goût ! Sympa la station d'épuration ! Dans le bus, de nouveau des films et des paysages désertiques en-dehors des zones d'irrigation.

 

Arrivés à Lima, un dernier verre avant de voir les parents Desmet s'éloigner dans leur taxi pour l'aéroport, le coeur serré. Nous avons passé de bons moments en leur compagnie. De notre côté, nous partons à la recherche d'une pompe pour le réchaud, car Pauline a cassé la nôtre lors d'un nettoyage. Nous trouvons le bon modèle, mais le patron du magasin nous assassine en nous la facturant 2 fois le prix conseillé par le fabriquant. Nous rentrons à la station de bus, en passant par les magasins de matériel audio-vidéo pour racheter des piles rechargeables. Lima, c'est quelques belles petites maisons coloniales avec autour de gros immeubles et une circulation automobile intense, empuantissant l'air. Le ciel est souvent gris et certains coins sont malfamés.

Nous reprenons le bus vers 22h pour une nuit avec ronfleur et sans échappatoire jusqu'à Huaraz, où nous nous délectons de nouveau de la vue sur les montagnes. Adieu pélican !

IMGP3367 Pélican Paracas

Partager cet article

Repost 0

commentaires

arlette 20/05/2010 10:06



superbes photos, j'ai bien envie d' aller vous  retrouver!!!



Nikopol 23/05/2010 23:44



On vous attend !


Bisous