Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 21:38

A quelques 40 km à l'est de Quito, sur la transcocéanique, se trouve le village de Sigsipamba. Nous l'avons atteint après une journé de vélo, en plein cagnard, ce qui aura valu à Nico une bonne insolation ( et une journée de repos obligatoire !).
Nous avons trouvé à loger entre deux maisons, au bas du village. José Manuel nous a gentillement laissé squatté entre le poulailler et le champ de papas ( =patates). Du coup, nous avons rencontré sa famille, car tous ses frères et soeurs vivent dans le même village et sa soeur ainée, Mamines, et son beau-frère Oxebio, paraplégique suite à un accident, dans la maison d'en face. Ils sont étonnés par le réchaud à essence et surtout par le prix de la tente !
Le lendemain, remis de son coup de chaleur, nous partons grimper. La falaise fait une petite trentaine de mètres, et c'est ...payant : 1$ pour les équatoriens, 2 pour les gringos ! Le caillou, bien que poussièreux, est sympa . Une roche volcanique, ça change de d'habitude ! Comme c'est samedi, le site est un peu fréquenté, par des jeunes de Quito surtout. Les voies côtent dur... Un 5, deux 6a+ et ça grimpe jusqu'au 8 ! Le coin est agréable, le vent rendrait presque le soleil supportable, mais nous sommes attaqués par des mouches piquantes...
Le lendemain, nous reprenont la route en direction de Papallacta, un col au pied de l'Antisana, pour traverser ensuite dans une zone montagneuse moins fréquentée par les camions que la transocéanique. Nous dormirons dans un village, à côté de la maison communale en construction. Les gens remontent de la ville où ils ont été faire leurs courses, et se rassemblent pour jouer au volley ou au foot. Certains se déplacent à cheval, beaucoup à pied. La population est majoritairement agraire, et donc, plutôt pauvre.
Nous redescendons après la nuit sur la Pana (-méricaine), avec un arrêt le long d'un canal pour nos ablutions, qui ne sont pas quotidiennes... Nous nous faisons surprendre par l'orage au croisement avec la route de Pintag, qui monte vers la réserve écologique de l'Antisana. Nous atterissons dans un "hôtel", en fait dans un appartement où la propriétaire loue certaines chambres aux touristes : la bien nommée auberge Antisana... Nous séchons....

Partager cet article

Repost 0
Published by Nikopol - dans grimpe
commenter cet article

commentaires