Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 01:19

IMGP0928 Paysage VilcabambaNuit très reposante avant de prendre la route. Nous faisons le trajet inverse pour retourner à Malacatos. De là nous prenons le plus court chemin jusqu'à Cariamanga où se trouve la plus grande paroi ouverte d'Equateur. Le paysage est beaucoup plus sec qu'à Vilcabamba. IMGP0936 Malacatos
Une descente nous permet de rejoindre le fleuve Catamayo que nous traversons avant d'attaquer les premiers lacets du col qui nous permettra de changer de vallée.
La route, peu fréquentée, est pasée de l'asphalte à la terre, ce qui nous demande plus d'efforts pour avancer. La chaleur et le soleil sont écrasants et c'est à grosses goûttes que les mètres sont grapillés.

Vers 16-17h, un bassin de récupération d'eau nous attire pour, dans un permier temps, remplir nos gourdes. Un peu en aval, un emplacement idéal pour poser la tente surplombe la vallée, nous n'y résistons pas. Après un bain dans le bassin et un repas bienfaiteur, nous nous affalons de fatigue.

Le réveil est dur, nous reprenons nos vélos alors que nous n'avons pas encore assez récupéré des efforts de la veille. Le col n'est pas aussi près que nous le pensions et une bonne heure et demie nous permettent de l'atteindre.
IMGP0959 Col PurunumaLe paysage change, les cultures fleurissent plus de ce côté, le vert reprend le dessus sur le rouge de la terre.
Après une petite descente, nous déjeunons au village de Pùrunuma où la seule personne qui nous interpelle demande de l'argent pour ses pauvres jambes. A-t-il pensé aux nôtres ?... La digestion aidant..., nous passons notre deuxième col du jour sous un soleil toujours aussi rude.

Malheureusement, sur les routes en terre, les descentes sont aussi difficiles que les montées, les avants-bras et les freins fument. A Gonzànama, nous retrouvons enfin le bitume qui nous permet d'enchaîner les kilomètres. A 17h il est temps de trouver une place de camping mais après plusieurs refus, nous continuons jusqu'à Cariamanga.
Aux portes de la ville, nous recontrons Mosaïn, un vététiste du coin, qui nous amène directement à Rodrigo, notre contact pour les voies d'escalade. Il est 18h30 lorsque nous nous posons enfin après 7h d'effort. Nous sommes fourbus.
Rodrigo nous présente son ami Gilbe qui nous prête sa villa pour notre séjour !
Nous en profitons allégrement.IMGP0985 Villa Cariamanga

Le lendemain nous sert à un repos bien mérité et à l'entretien des vélos.
Nous sommes prêts pour aller affonter la voie du Cerro Ahuaca. Durant la nuit, Nico tire son ticket pour les toilettes... La place est réservée mais à partager avec une grenouille. De plus les peu d'heures de sommeil sont perturbées par le bourdonnements d'un moustiques et les aboiements d'un chien stupide (comme beaucoup ici...).


Au matin, nous nous motivons tant bien que mal pour grimper sous les projecteurs de Rodrigo et de la télévision locale (Cariamange TV) ! Caméra en main, ils nous filment sur les 3ères longueurs. Nous sommes des stars...
Nous remontons le sentier dans les bois qui mène au pied de la paroi, sans problème, si ce n'est la frayeur de Nico devant un joli serpent d'un mètre environ... La 1ère longueur met un peu la pression : quelqu'un a volé le premier spit ! Nous sommes bien dans une dalle... C'est du 5+, comme la 2ème longueur d'ailleurs.
IMGP0992 MultidiversionLes points sont assez nombreux, surtout dans les 3ème et 4ème longueurs : un bon 6a+, suivi du crux. Seulement il y a 2 possibilités : celle de gauche, plutôt 6c, celle de droite, pas évidente non plus, suivi d'un méchant pas d'adhérence, qui met les nerfs du 1er de cordée à l'épreuve. Le reste de la voie est plus débonnaire, quoique joli. Nous sommes au sommet après 2h45 d'escalade ! Le pauvre Nico, les entrailles tiraillées et la soif ardente, n'est pas au mieux...

Nous empruntons le sentier de descente mal marqué, au milieu de la végétation luxuriante (et agressive). Un petit combat, puisque plus fatiguant que la voie...


De retour à "notre" résidence, à peine le temps de grignotter que Rodrigo arrive pour nous interviewer. Non content de ses propres capacités, il fait appelle à Gabriel Llama, reporter de ... Cariamanga TV ! Eh oui !
Nous allons passer au JT le soir. En récompense, nous allons déguster un verre de jus de canne fermenté...
Nous nous couchons épuisés, certainement à cause de tous ces flashs...
La grenouille a déménagé dans la cuisine, le moustique, lui, devait se trouver à son aise dans la chambre, puisqu'il nous tient encore compagnie...
Nous passons voir Rodrigo pour échanger films et photos et nous nous empressons de pédaler pour Amaluza.

La 1ère partie de la route est en gravier et goudron frais. Nous sommes goudronnés... Nos vélos rutilants aussi... Petit col, la terre et le concassé de roche remplace les gravillons, c'est un peu mieux mais nos montures et cavaliers sont mis à très rude épreuve, d'autant que la chaleur est devenue tropicale. Suées vite empoussiérée. Nous espérons le goudron un peu plus loin mais Soeur Anne ne voit rien que la route qui poudroie.

A 20km d'Amaluza nous décidons de retourner en bus à Vilcabamba. A cela plusieurs raisons : le temps qui presse pour passer la frontière, la route qui n'ira pas en s'améliorant au-dessus d'Amaluza à cause de sa non- fréquentation et des pluies qui commencent à sévire. Le bus nous ramène à Cariamanga en 2 petites heures ce que nous avons fait péniblement en 6h avec une grande partie de descente... Faut dire qu'ils ne vont pas de pieds morts sur le champignon, impossible de tenir debout dans le bus...

Le lendemain nous arrivons à Vilcabamba, notre point ultime atteind en vélo de ce côté de la montagne. Après une bonne soirée passée à nouveau chez Rom', nous prenons de nouveau la direction du sud. L'amende de 200$ par personne commence à nous pendre au nez, il nous faut boucler les 135km jusqu'au Perou en 4 jours !

Partager cet article

Repost 0
Published by Nikopol - dans vélo
commenter cet article

commentaires

ArletetMATHIEU 12/02/2010 16:00


non, non , ce n'est pas trop de lecture, moi j'apprécie beaucoup, c'est un peu Les Andes qui nous arrivent fraichement via le blog.


Nikopol 12/02/2010 23:41



Ca tombe bien, on en rajoute aujourd'hui...



cristobald 11/02/2010 22:22


le début de la reconnaissance médiatique!! alors, qu'est-ce que ça fait de passer à la télé? bonne route, et continuez de nous faire rêver!


Nikopol 11/02/2010 23:02



Alors M. Chritophe ! On n'est pas encore couché !
Nous ne nous sommes pas vus à la TV mais le lendemain, les gens nous montraient encore plus du doigt que d'habitude !
Bisous



Aurel 11/02/2010 21:42


Super, merci pour tous les messages, ca fait presque trop à lire :p

Bonne continuation et faites vous plaisir !!!!!!!!!!!!!!!! 


Anne-Lise 11/02/2010 13:37


Bravo les stars ! Nico avait prévu le coup avec ses lunettes !  

gros bisous d'Alessandro et ses parents


Nikopol 11/02/2010 22:20


Nous avons vu qu'Alessandro voulait rivaliser avec Nico quant au port des lunettes !!!
Bisous à vous